DEROULÉE DE LA JOURNEE

  1.  Présentation du directeur artistique
  2. président d’honneur
  3. Invite d’honneur
  4. prise de parole de la mairesse (lancement des festivités)
  5. présentation ES JUREES ET du film D’OUVERTURE par le directeur
  6. débat après le film

 

LE 2èmeFestival International du Film Amazigh de Montréal

du 5 au 6 OCTOBRE 2018 

LE FIFAM CELEBRE LA LIBERTE

Fort du succès public et médiatique de la première édition est parrainé par Belkacem Hadjadj, l’un des plus prolifiques et reconnus cinéastes amazighs, la deuxième édition du Festival International du Film Amazigh de Montréal aura lieu du 5 au 6 Octobre 2018, à l’Université Concordia de Montréal.

En tout, une dizaine de films, tous genres confondus, sont proposés au public montréalais dont une série de courts-métrages de jeunes amazighs. Cette nouvelle édition sera marquée par plusieurs nouveautés. En plus du changement de lieu qui offre une belle et confortable salle équipée aux normes cinématographiques de la prestigieuse université Concordia, on note l’introduction d’une compétition de courts-métrages dont les gagnants seront distingués par une Erablière d’or et d’argent.

L’ouverture du festival se fera avec le film Fatma N’Soumer de Belkacem HADJADJ, en sa présence, qui présentera aussi Ayrouwen de Brahim TSAKI qu’il a produit, et sera clôturée par la cérémonie de la remise des Prix aux lauréats. A cette occasion plusieurs chanteurs amazighs feront vibrer les cœurs.

Grâce à la détermination et à la volonté de l’équipe du FIFAM, le cinéma amazigh consolide cet espace d’exposition et renforce sa présence dans l’international. 

PROGRAMME DU 5 ET 6 OCTOBRE 2018

LONGS-METRAGES

  • FADHMA N’SOUMER, Belkacem Hadjadj / FICTION/2012/ 113 MIN / VO KABYLE / ST FR/ DES 14 ANS. Le film retrace l’extraordinaire parcours de l’une des grandes figures historiques de la résistance algérienne contre la colonisation française : Fadhma N’Soumer. Un film tout haut en couleur ! VENDREDI 5 OCTOBRE 18h30- 20h30 – EN PRESENCE DU REALISATEUR.
  • IPERITA, MOHAMED BOUZAGGOU / MAROC/ FICTION / 2017 / 115 MIN / VO RIFAINE / ST FR/ DES 14 ANS. La relation de José, retraité de l’aviation militaire espagnole, dévoile les effets catastrophiques du largage de gaz moutarde sur les civils lors de la guerre du Rif, ayant opposé entre 1921 et 1926 les tribus rifaines à l’armée espagnole. Aujourd’hui, une grande partie de la population souffre de cancer. VENDREDI 5 OCTOBRE 20h30- 22h30
  • TALES OF AFRICA, DJELALI BESKRI, ALGERIE / ANIMATION / 2016 / 87 min/ VOF/ DES 14 ANS. Plusieurs contes dédiés à la sagesse africaine. Notre conteur est Papa Nzenu, un griot d’aujourd’hui, avec qui nous voyagerons à travers le continent pour découvrir des contes choisis dans la grande mosaïque du patrimoine culturel africain. Chaque histoire est dirigée par un cinéaste du pays d’origine. SAMEDI 6 OCTOBRE 10h30-12h30 – PROGRAMME ENFANTS.
  • AYROUWEN, Brahim Tsaki / ALGERIE/ FICTION / 2007 / 90 MIN / VO TARGUI /SSFR/ DES 14 ANS. « Ayrouwen », qui signifie « II était une fois » en langue targuie, raconte une histoire d’amour entre Amayas, un Targui, et Claude, une jeune adolescente native d’une ville européenne qu’il a rencontrée dans le Grand désert de Djanet en Algérie. SAMEDI 6 OCTOBRE –  16h00-18h00 – (90’) EN PRESENCE DU PRODUCTEUR.
  • AUGUSTIN, FILS DE SES LARMES, SAMIR SEIF TUNISIE, ALGÉRIE / FICTION / 2016 / 113 MIN / VO ALG., FR / ST FR / DES 14 ANS. Hédi, jeune réalisateur algérien vivant à Paris, tourne un documentaire sur la jeunesse et la conversion au christianisme de l’évêque berbère Saint-Augustin d’Hippone. L’histoire du cinéaste se mélange avec celle du protagoniste. Des similitudes frappantes sont mises en évidence. SAMEDI 6 OCTOBRE 18h00 – 20h00 – (113 MIN)

DOCUMENTAIRES

  • RACONT’ ARTS, YAZID ARAB, Algérie / Documentaire / 2015 / 26 min / VO fr. FULL HD • Dès 8 ans / Fondée en 2004, Racont’Arts s’affichent comme un festival atypique dans le paysage culturel algérien. Multidisciplinaire, il se pose chaque été dans un village de montagne avec des artistes de différentes nationalités se produisant bénévolement. SAMEDI 6 OCTOBRE 13h-14h30- EN PRESENCE DE KAMAL HAMADI
  • LES BERBÈRES D’ÉGYPTE, DAWOUD HASSAN
Égypte / DocUMENTAIRE / 2011-2012 / 24’ / VO EGY. ST FR / .MOV HD / DES 10 ANS. Les Berbères d’Égypte est une œuvre qui présente les coutumes et traditions des Amazighs de l’oasis Siwa, en profonde Égypte, qui passent pour être méconnus du grand public. SAMEDI 6 OCTOBRE – 13h-14h30.
  • BIRDS, SALIMA LOUISA BESKRI, ALGÉRIE / DocUMENTAIRE / 2017 / 13 MIN / VO ALG. ST FR/ DES 8 ANS. A 11 ans, tel un oisillon migrateur qui a traversé les grands Océans, Abderrahmane a parcouru à pied le grand Sahara, du Niger au nord de l’Algérie en bravant tous les dangers…Il se pose à Tipasa et découvre pour la première fois la mer…  Ce film, nous invite à vivre un jour de son quotidien… VENDREDI 5 OCTOBRE 16h30-18h30

 

  • KAMAL HAMADI, GER YENZIZEN, Abderrazak Larbi Chérif, DOC., 62 min, ALG. /2010/ DES 12 ANS. SAMEDI 6 OCTOBRE 13h-14h30- EN PRESENCE DE KAMAL HAMADI. Portrait du chanteur et compositeur algérien Kamal Hamadi (époux de la chanteuse Noura). Interprète, musicien, chef d’orchestre, parolier, auteur et compositeur, il est considéré aujourd’hui comme le témoin par excellence de l’action artistique algérienne du XXème siècle.

 

  • SALAH, UN KABYLE DE PALESTINE, TAHAR HOUCHI ALGÉRIE, SUISSE, LIBAN / DocUMENTAIRE / 2017 / 26 MIN / VO KABYLE ET LIBANAISE / ST FR/ DES 12 ANS. Portrait émouvant de Salah, descendant de Kabyles algériens réfugiés en Palestine, après avoir fui les exactions de l’armée française au 19e siècle. Contraint de quitter son village en 1948, il vit depuis dans un camp de réfugiés. Malgré ses souffrances, il garde l’espoir de voir un jour la terre de ses aïeux. SAMEDI 6 OCTOBRE 20h30 – 22h30h –  EN PRESENCE DU REALISATEUR.

 

  • Canarias amazigh, Antonio Bonny y Pablo Rodríguez/ documentaire/ Espagne/ 2017/ 66 / VO ESPAGNOLE ST FRANÇAIS / DES 14 ANS. Le film résume les différentes théories scientifiques concernant le premier peuplement des îles Canaries. Les scientifiques inscrivent les origines de l’histoire insulaire dans un cadre amazigh englobant toute l’Afrique du Nord.

COURTS-MÉTRAGES FICTION

  1. AKHNIF ABRBACH (Manteau de plusieurs couleurs), AZEROUAL TAFAT / MAROC / EXPERIEMNTAL / 2017 / 9’/ VO Tamazight et le russe FR / ST ANG/ DES 12 ANS. Le film est une rencontre surréaliste entre une pauvre fille pour laquelle sa mère a fait un manteau avec des tissus accrochés à l’arbre des vœux, et une femme mythique de la culture berbère et Akaki Akakievitch Bachmatchkine le personnage de la nouvelle « Le Manteau » écrit par l’écrivain russe GOGOL. VENDREDI 5 Octobre 2018 – 16h30-18h30
  1. AMAN, ESTRELLA MONTERREY, ILES DES CANARIES, FICTION/ 2016 / 10 MIN / VO GUANCHE ST ANG/ DES 12 ANS. Portrait imaginaire des anciens amazighs des îles Canaries, et ce à travers l’histoire d’un jeune Bentago et sa mère Nina qui vient des temps durs avant que l’homme providentiel, Taman, viennent les secourir. En utilisant la langue éteinte, Guanche, Aman souligne l’urgence de protéger, de préserver et de promouvoir le patrimoine culturel amazigh des îles menacées de disparition. VENDREDI 5 Octobre 2018 – 16h30-18h30
  1. CELUI QUI BRULE, SLIMANE BOUNIA FRANCE / FICTION / 2016 / 18 MIN / VO FR/ DES 12 ANS. Lounes, jerrican d’essence à la main, tente de s’immoler. Dans la montagne, Rachid, le taxi clandestin, transporte Ounissa, une jeune villageoise, et un énorme poisson congelé. Vite ! Il fait déjà chaud ce matin : le compte à rebours est lancé. VENDREDI 5 Octobre 2018 – 16h30-18h30  ET SAMEDI 5 Octobre 13h-14h30.

 

  1. HUMAIN, ISSAM TAACHITALGERIE / FICTION / 2017 / 7 MIN / VO ALG / ST FR/ DES 6 ANS. Le film raconte l’histoire d’un enfant Trisomique qui va au stade et quand il entre, il trouve un groupe d’enfants normaux en bonne santé jouant au football. Il voulait jouer avec eux. Un de ces enfants refuse, et il ose le pousser dans l’herbe le traitant de « Mongol ». L’enfant malade était très triste alors qu’il était allongé sur l’herbe, il commence à imaginer une histoire, il se voit dans un monde plein de jeunes enfants Trisomic et quand il se réveille de son fantasme, il trouve que les enfants qui jouaient au football venaient lui présenter des excuses et l’invitaient à jouer avec eux. VENDREDI 5 Octobre 2018 – 16h30-18h30

 

  1. LYDIA, ANITA LEWTON MOUKKES, FRANCE-ROYAUME UNI / FICT. / 2016 / 12 MIN / VO KAB / ST FR/ DES 12 ANS. Lydia est une jeune Algérienne berbère installée dans le sud de la France. Elle passe ses journées à la maison à attendre que son partenaire dominateur rentre à la maison. La solitude et la distance culturelle entre Lydia et ses environs se font plus significatives, et bientôt elle se rend compte que la France n’est pas la terre rêvée qu’elle a imaginée. VENDREDI 5 Octobre 2018 – 16h30-18h30
  1. MA POSITION, KAMEL SEHAKI, ALGÉRIE / FICT. / 2018 / 10 MIN / VO ALGÉRIENNE / ST FR/ DES 12 ANS. L’Afrique du nord est un espace de croisement de plusieurs civilisations qui ont exercé une certaine violence sur les Amazighs lesquels ont pu résister et garder leur spécificité à travers les siècles. SAMEDI 6 Octobre 2018 – 13h-14h30
  1. SEQUENCE 1, NOUREDDINE KEBAILI / ALGERIE / DOC / 2017 / 14 MIN / VO FR ST ANG/ DES 12 ANS. Chaque année des dizaines de journalistes sont tués ou victimes d’enlèvements à travers le monde, dans des conflits de guerre. Dans son scénario Yacine raconte l’histoire de Carla et Tahar tous deux morts en Syrie où des populations sont exterminées, des hommes tués, des femmes violées. VENDREDI 5 Octobre 2018 – 16h30-18h30 EN PRESENCE DU COMEDIEN.

 

  1. UNE PEINE A VIVRE, AMROUN OMARALGERIE, FICTION / 2017 / 15 MIN / VO KABYLE / ST FRANÇAIS/ DES 12 ANS. Famille paisible, le mari (Mohand) se radicalise et devient de plus en plus intégriste et possessif. Malika s’ennuie à mourir dans une maison fermée toujours à clé. Elle ressemble à une prisonnière. Elle lui demande de sortir, elle met le voile intégral. Ils vont au village sous le regard ahuri des vieilles femmes kabyles. 6 octobre 14h30 – 16h00 – (118 MIN)

 

VENDREDI 5 Octobre 2018 

PETITE SALLE

  • 16h30-18h30. (70)
  1. AKHNIF ABRBACH (Manteau multi-couleurs), AZEROUAL TAFAT / MAROC / EXPERIEMNTAL / 2017 / 9’/ VO Tamazight et le russe FR / ST ANG / DES 12 ANS.
  2. CELUI QUI BRULE, SLIMANE BOUNIA FRANCE / FICTION / 2016 / 18 MIN / VO FR/ DES 12 ANS.
  3. HUMAIN, ISSAM TAACHITALGERIE / FICTION / 2017 / 7 MIN / VO ALG / ST FR/ DES 12 ANS.
  4. LYDIA, ANITA LEWTON MOUKKES, FRANCE-ROYAUME UNI / FICT. / 2016 / 12 MIN / VO KAB / ST FR/ DES 12 ANS.
  5. SEQUENCE 1, NOUREDDINE KEBAILI / ALGERIE / DOC / 2017 / 14 MIN / VO FR ST ANG/ DES 12 ANS.
  6. MA POSITION, KAMEL SEHAKI, ALGÉRIE / FICT. / 2018 / 10 MIN / VO ALGÉRIENNE / ST FR/ DES 12 ANS.

EN PRESENCE DU REALISATEUR.

  • 18h30-20h30 – FADHMA N’SOUMER, Belkacem Hadjadj / FICTION/2012/ 113 MIN / VO KABYLE / ST FRANÇAIS/ DES 14 ANS.
  • 20h30- 22h30 – IPERITA, MOHAMED BOUZAGGOU / MAROC/ FICTION / 2017 / 115 MIN / VO RIFAINE / ST FR/ DES 14 ANS. 

SAMEDI 6 OCTOBRE 2018 

PETITE SALLE

  • 10h30-12h30 – PROGRAMME ENFANTS – TALES OF AFRICADJELALI BESKRIALG / ANIMATION / 2016 / 87 min/ VOF/ DES 14 ANS.

13h-14h30 – (88’)

  • BIRDS, SALIMA LOUISA BESKRI, ALGÉRIE / DOCUMENTAIRE / 2017 / 13 MIN / VO ALGÉRIEN ST FR.
  • LES BERBÈRES D’ÉGYPTE, DAWOUD HASSAN
Égypte / Doc. / 2012 / 24’ / VO EGYPTIEN ST FR / .MOV HD / DES 14 ANS
  • RACONT’ ARTS, YAZID ARAB, Algérie / Documentaire / 2015 / 26 min / VO fr. FULL HD • Dès 8 ans /
  • UNE PEINE A VIVRE, AMROUN OMARALGERIE, FICTION / 2017 / 15 MIN / VO KABYLE / ST FRANÇAIS / DES 12 ANS.
  • MA POSITION, KAMEL SEHAKI, ALGÉRIE / FICT. / 2018 / 10 MIN / VO ALGÉRIENNE / ST FR/ DES 12 ANS. EN PRESENCE DU REALISATEUR.
  • 14H30 – 16h00 – (118 MIN) AMENDIL, Hakim RAHIMALGERIE / FICT. / 2018 / 118 MIN / VO KAB / ST FR/ DES 12 ANS.

GRANDE SALLE

  • 16h00-18h00 – (90’) – AYROUWEN, Brahim Tsaki / FICTION / 2007 / 90 MIN / VO TARGUI /SSFR/ DES 14 ANS.
  • 18h00 – 20h00 – (113 MIN) – AUGUSTIN, FILS DE SES LARMES, SAMIR SEIF TUNISIE, ALGÉRIE / FICTION / 2016 / 113 MIN / VO ALG., FR / ST FR / DES 14 ANS.
  • 20h30 – 22h30h – 98 MIN DE FILM – 15 MIN DE CEREMONIE – 20 MINUTES DE DRBAT – 15 MIN DE MUSIC
  • Remise des prix suivis du film de clôture en présence de Kamal Hammadi.
  • Le débat avec Kamel Hammadi sera suivi d’une prestation musicale de lui en compagnie de Zahia.
  • KAMAL HAMADI, GER YENZIZEN, Abderrazak Larbi Chérif, DOC., 62 min, ALG /2010/ DES 14 ANS. EN PRESENCE DE KAMAL HAMADI
  • SALAH, UN KABYLE DE PALESTINE, TAHAR HOUCHI ALGÉRIE, SUISSE, LIBAN / DOCUMENTAIRE / 2017 / 26 MIN / VO KABYLE ET LIBANAISE / ST FR/ DES 14 ANS. EN PRESENCE DU REALISATEUR.
  • AMAN, ESTRELLA MONTERREY, ILES DES CANARIES, FICTION/ 2016 / 10 MIN / VO GUANCHE ST ANG / DES 14 ANS.
  • TAMURT IDURAR (LE PAYS DE LA MONTAGNE)
Rabah Bouberras
Canada – Suisse / Doc / 2009 / 47’/ VO tamazight ST-FR / dès 14 ans. Tamurt Idurar est un lm tourné durant l’été 2007 dans la région de Verbier, village du Canton au Valais et célèbre station de sports d’hiver des Alpes Suisses. Dans une atmosphère de paix, il nous donne à voir des paysages et des scènes magnifiques à travers les yeux d’un étranger, un écrivain venu d’un autre pays, d’une autre montagne : Mouloud Feraoun. (Producteur suisse Samuel Torello) En présence de Rabah Boubras
  • A L’OMBRE DES MOTS, AMEL BLIDI ALGÉRIE / DOC. / 2016 / 11 MIN / VO ALGÉRIENNE / ST FR. Alger, dans un café de sourds-muets, des hommes vivent et travaillent au rythme d’une chorégraphie des corps dans laquelle ils se sentent si bien. Malgré les difficultés et le rejet, ils se montrent dignes et forts. Face à la caméra de la réalisatrice, deux mondes se confrontent.
  • Aya, MOUFIDA FEDHILA TUNISIE / FICTION / 2017 / 23 MIN / VO TUNISIENNE / ST FR. A Tunis vit Aya, une petite fille futée, avec ses parents salafistes. Les frères imposent de plus en plus de choses au père d’Aya qui finit par en subir les conséquences. D’abord on la voile, puis on veut lui interdire d’aller à l’école publique au profit de l’école coranique. Un jour, dans la cour de l’école quelque chose se passe…
  • Ramdam (SÉRIE TV), ZANGRO FRANCE / FICTION / 2017 / 26 MIN / VO FRANÇAISE. Dans une petite mosquée du Sud-Ouest de la France, un dessin d’enfant représentant un personnage masqué fait polémique : super-héros ou djihadiste ? Amine, Imam de profession, va devoir gérer l’ingérable…
  • AMENDIL, Hakim RAHIMALGERIE / FICT. / 2018 / 118 MIN / VO KAB / ST FR/ DES 12 ANS. 6. Deux amoureux se séparent, Ali et Lila. Cette dernière choisit de sacrifier, discrètement, son amour d’enfance pour protéger son père endetté et menacé par Hamid, l’usurier, qui envisage de balancer ses sales affaires.  Ali, le garçon prend la route de l’exil, laissant sa famille en souffrance. Un jour Ali apprend le mariage de sa dulcinée. Film inspiré de la vie du chanteur kabyle Ali Ferhati. octobre 4H30 – 16h00 – (118 MIN)

 

BERBANAYA qui signifie Rythmes (ANYA) Berbères (BERB) Groupe fondé à Montréal en juillet 2003, BERBANYA interprète des compositions berbères d’algérien.Fondé à Montréal en juillet 2003, BERBANYA interprète des compositions berbères de l’Algérie. « Riches en rythme, ensoleillés, les chants sont issus d’un pays aux contours musicaux diversifiés. BERBANYA fait partie de ces formations dont la valeur et le talent se mesurent sur scène.

 

Le Jury

 

MEMBRES DU JURY FIFAM 2018

 

  1. Belkacem Hadjdaj, réalisateur / Algérie.
  2. Kamel Hammadi, artiste – compositeur et interprète / Algérie
  3. Ève Lamont, Réalisatrice et camérawoman/Canada.
  4. Soleïman Mellali / Journaliste / Canada
  5. Zahia / chanteuse/ Algérie-Canada

 

  1. Belkacem Hadjadj

Belkacem Hadjadj est né en 1950 à Alger. Après avoir étudié le cinéma à l’INSAS, il travaillé pour la Radio Télévision belge (RTB) jusqu’en 1978 et pour la Radio Télévision algérienne (RTA), entre 1978 et 1987.Entre 1985 et 1991, il a enseigné le cinéma à l’Institut National des Sciences de l’Information et de la Communication (INSIC) d’Alger. En 1982, il réalise un premier court métrage. La Goutte, suivi de trois téléfilms : Le Bouchon en 1980, Bouziane-el-Kalaï en 1983 et El Khamsa en 1988. En 1995, il a signé son premier long métrage fiction, Machaho, et en 1998, le long métrage documentaire L’Arc-en-ciel éclaté. En 2000 Une femme taxi à Sidi Bel Abbès, en 2004 El Manara et en 2015 Fatma N’Soumer.

  1. Soleïman Mellali / Journaliste / Canada Soleiman Mellali, le rédacteur en chef de Radio Canada International.

Monsieur Soleïman Mellali est rédacteur en chef à Radio Canada International depuis 2012. M. Il a commencé sa carrière en Algérie, d’abord à la radio puis à la télévision publique. Là, il a travaillé en tant que journaliste, correspondant, journaliste de radio et télévision et directeur de la programmation. Après avoir travaillé à la haute direction de Montréal, il a commencé à travailler pour Radio-Canada en 2000. Il a commencé avec l’émission de radio Sans Frontière et a ensuite rejoint le département des services Internet en tant que journaliste Web. Pendant huit ans, il a travaillé comme rédacteur en chef de Radio-Canada. Monsieur Mellali est diplômé en sciences politiques.

  1. Ève Lamont, Canada.

Réalisatrice et caméraman canadienne, elle est un électron libre qui plonge au cœur des réalités sociales souvent occultées. Depuis son premier documentaire, Des Squatteureuses, elle n’a cessé de pratiquer un cinéma engagé et citoyen. Elle a réalisé notamment les longs métrages SQUAT!, récipiendaire de la meilleure réalisation au festival HOT DOCS en 2003, Pas de pays sans paysans, Limposture, et Le chantier des possibles. Tous ses films lui ont valu un accueil chaleureux du public et ont été diffusés largement au Québec et ailleurs dans le monde. par Jacques Nadeau un photographe professionnel (avec la caméra) et l’autre a été prise avec un iphone en 2015 par Roch Poirier (Gros plan en hiver).

  1. ZAHIA

Zahia est une une voix féminine, méditerranéenne, chaude et puissante. Venue de Kabylie. Après sept années de chorale polyphonique, elle débarque à Paris où elle est vite remarquée par Djura, fondatrice du groupe de femme Djurdjura. Elle fait aussi plusieurs apparitions sur la scène parisienne à côté d’autres artistes comme choriste avant de rejoindre le Canada. Elle mêle avec talent le chant traditionnel et les musiques pop, flamenco et classique.

  1. KAMAL HAMADI, Algérie.

Chanteur et compositeur algérien Kamal Hammadi (époux de la chanteuse Noura). Interprète, musicien, chef d’orchestre, parolier, auteur et compositeur, il est considéré aujourd’hui comme le témoin par excellence de l’action artistique algérienne du XXème siècle.

« Celui qui brûle » de Slimane Bounia remporte le FIFAM d’or du court métrage

Le film de 18 minutes raconte les destins croisés d’Algériens d’aujourd’hui qui se débattent à l’image de ce poisson congelé qui passe de main en main, des montagnes kabyles jusqu’au littoral, pour finir par reprendre vie et plonger dans le grand bain des possibles. 

La deuxième place est revenue ex-æquo à deux autres courts-métrages Akhnif Abrbach (Le manteau de plusieurs couleurs) d’Azeroual Tafat (Maroc) et Une peine à vivre d’Omar Amroun (ِِAlgérie).

Bien que seuls les courts-métrages, six en total, étaient en compétition, d’autres productions ont été projetées en hors compétition pendant les deux jours du festival qui s’est tenu dans l’enceinte de l’université Concordia à Montréal : 6 longs-métrages et 6 documentaires en kabyle, en rifain, en tamasheq, en guanche, en tachelhit, en arabe, en français

Ces films viennent de six pays (Algérie, Royaume-Uni, Égypte, Espagne, Maroc et Tunisie).

Pour Tahar Houchi co-fondateur du festival et qui est aussi fondateur du Festival du film oriental de Genève « ce choix a été pris pour valoriser les jeunes et parce que dans le long métrage, il y a peu de productions qui sont de qualité. Il n’y a pas suffisamment de films amazighs pour faire une compétition dans cette catégorie. Cela nous permet aussi de dire à ceux qui réalisent des longs métrages qu’il ne suffit pas de faire un film qui dure une heure trente ou deux heures pour dire qu’ils ont réalisé des longs-métrages »

De son côté Belkacem Hadjadj, président du jury qui a présenté en hors compétition son film Fadhma N ‘soumer, affirme que « ce qu’on attend d’un court-métrage c’est de la fraîcheur parce qu’en général ce sont de jeunes cinéastes qui font ça, que ce soit la fraîcheur dans le choix du propos, l’originalité de la réalisation. Et de ce point de vue, il y avait quelques films qui se sont démarqués »

« Ce festival est important pour la culture kabyle parce qu’elle a été tellement ostracisée. Il y a eu tellement de gens qui se sont battus surtout sur le plan culturel. Et je pense qu’il faut absolument encourager des événements de ce genre », estime de son côté Soleïman Mellali, rédacteur en chef et Radio Canada International et ancien présentateur du journal télévisé en français de l’ENTV et membre du jury de cette édition du FIFAM. Un jury du festival est composé de personnalités venantes du Canada, d’Algérie et du Maroc.

La soirée de clôture a été aussi l’occasion de projeter le film « Kamel Hammadi, Ger Yenzizen, l’art en fréquence » d’Abderazak Larbi-Cherif sur la vie de l’auteur-compositeur-interprète Kamal Hamadi en sa présence.

Le public a aussi pu visionner le documentaire Salah, le Kabyle de Palestine de Tahar Houchi.